Animations urbaines d'Edmonton

Transcription

Narrateur :

Le projet Animations urbaines d'Edmonton est destiné aux jeunes ayant des démêlés avec la justice pénale et qui sont impliqués avec gangs ou qui risquent d'en faire partie. Les jeunes ont élaboré et organisé des activités, lesquelles comprennent des démonstrations de planche à roulettes, des débats en rap, de la danse et des chasses au trésor dans la ville. Le procédé a permis aux jeunes d'exploiter de manière positive leurs aptitudes à diriger.

Courtney Lohnes :

Travailleuse Pour le Projet de Développement, Professionnel des Jeunes : Le projet Animations urbaines permet aux jeunes ayant des démêlés avec le système de justice pour les jeunes d'explorer leur créativité dans l'écriture, le rap, le dessin, la peinture, de manière à ce qu'ils puissent aussi se considérer comme des agents culturels et changer les choses au sein de leurs collectivités. L'objectif était d'embaucher les membres d'une équipe de développement professionnel pour les jeunes afin qu'ils participent à un festival.

Le projet a commencé à Edmonton notamment parce que Mark Charrington, qui travaille auprès des jeunes et les défend dans cette ville, a vu ce groupe de jeunes traîner au bord de la route, les a amené dîner et leur a demandé quelle était selon eux la meilleure stratégie d'éloigner les jeunes des gangs. Et voilà comment ils ont conçu ce qui est maintenant les Animations urbaines.

Le projet Animations urbaines est innovant de plusieurs manières. Le projet est géré par les jeunes. Et c'est assez difficile, car il ne s'agit pas seulement de demander à un jeune d'exprimer son avis, mais à un groupe de neuf jeunes d'exprimer un avis collectif.

Kelly Micetich :

Travailleuse Pour le Projet de Développement, Professionnel des Jeunes : Rien dans ce que nous avions fait ne supposait que nous allions être pris dans une embuscade. C'était comme si vous vous engagiez dans la jungle sans carte, et qu'en fin de compte, vous ne connaissez même pas le produit final, car vous le créez au fil du temps. Et c'était un défi de taille de chercher à savoir ce qu'ils allaient faire et de quelle manière ils allaient procéder.

Nous avons fait appel à des mentors d'entreprise, des mentors artistiques ainsi que des mentors d'organismes pour qu'ils puissent également les appuyer et collaborer entre eux, comme un élément important de l'engagement sociétal.

Le problème auquel nous avons toujours fait face dans ces types de projets est le manque de financement durable pour offrir et continuer d'offrir des possibilités productives de changer.

C'est comme un jeune qui doit effectuer des travaux communautaires, par exemple décoller les gommes à mâcher du trottoir, ce n'est pas valorisant pour lui. L'énergie doit être dépensée dans des mesures proactives et préventives afin d'offrir d'autres possibilités aux jeunes. Donc, si l'on n'agit pas, on continue de penser que les sanctions ont plus de valeur que le changement productif et l'apprentissage expérimental.

Le projet fonctionne grâce au dévouement et au soutien et est vraiment bien axé sur les jeunes. En réalisant quelles sont les possibilités offertes, les jeunes accepteront de relever le défi, se surpasseront et, grâce au soutien apporté, ils continueront d'y participer et n'abandonneront pas. Tout ça car nous ne les abandonnerons pas, et tout le monde continuera d'y participer ensemble, malgré les difficultés. Cela m'a prouvé qu'en effet, c'est possible, et que les jeunes peuvent changer leur vie, mais ce choix leur appartient.

Courtney Lohnes :

Travailleuse Pour le Projet de Développement, Professionnel des Jeunes : Effectivement, c'est dur. Même si aucun de nos gamins ne fait l'objet de nouvelles accusations, tout n'a pas été rose tous les jours.

L'approche que nous adoptons est que tant qu'une personne s'engage à changer positivement sa vie, même si elle voudrait faire machine arrière, nous serons là pour l'aider à traverser cette épreuve. Nous sommes comme une famille.

Texte sur écran :

Le projet pilote Edmonton Urban Games est financé par le Fonds du système de justice pour les jeunes, volet armes à feu, gangs et drogues.

©Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par Justice Canada, 2011.

Mot-symbole « Canada »

Date de modification :