Liberty for Youth

Transcription

Narrateur :

Liberty for Youth a mis au point le projet Champion Series, destiné aux jeunes hommes en période de probation, essentiellement impliqués dans des gangs. Ce projet comprend des programmes visant à sensibiliser les jeunes aux conséquences de leurs actes, leur montrer de quelle manière ils peuvent redonner à la collectivité, et permet de renouer et consolider les liens avec leurs pères ou leurs modèles de comportement masculin positifs.

Fernando Gugman :

Travailleur for Liberty for Youth, Liberty for Youth : Vous savez ce qui me réchauffe le coeur, c'est de voir la transformation de ces jeunes. De les voir aller à l'université, poursuivre leur passion, leurs rêves, et se rendre compte que, oui en effet, j'en suis capable.

Fernando Gugman :

« Heureux de te voir, mon frère. »

Tanya Dryden :

Directrice du Développement, Liberty for Youth : À l'heure actuelle, Liberty for Youth est engagé dans trois programmes: U-play, Raising a Champion et TMFhood.

Cette série de programmes est essentiellement destinée à offrir de nouvelles possibilités pour que les jeunes ayant des démêlés avec la justice prennent de meilleures décisions.

Frederick Dryden :

Fondateur et Directeur Général, Liberty for Youth : Par l'entremise de ce projet, nous voulons surtout offrir de nouvelles possibilités pour que les jeunes ayant des démêlés avec la justice fassent les bons choix.

Notre objectif est de diminuer leurs probabilités de récidiver ou de s'adonner à des activités de gang ou à d'autres activités délinquantes. Nous voulions mettre ce type de programme en place parce que le besoin est criant. Un jeune sur quatre à Hamilton vit dans la pauvreté, et à cause de ce mode de vie, beaucoup d'entre eux appartiennent à des gangs ou s'adonnent à des activités criminelles. Il existe donc bel et bien un besoin.

En général, les jeunes qui participent à notre programme sont des pupilles de la Couronne, des jeunes dont la mère est décédée ou toxicomane, ou dont père est incarcéré ou disparu au combat ou inconnu.

Tanya Dryden :

Directrice du Développement, Liberty for Youth : L'une des nouvelles approches du programme est de ne pas seulement gérer le comportement des jeunes, mais aussi d'aller dans leur famille pour qu'ils renouent les liens avec leur père.

Frederick Dryden :

Fondateur et Directeur Général, Liberty for Youth : Si ce n'est pas avec le père, c'est avec un mentor ou un modèle masculin. Les jeunes doivent comprendre qu'ils ont besoin d'une présence masculine. Ainsi, ça les pousse à réaliser qu'ils devront être présents pour leur future famille.

Fernando Gugman :

« Une fois que tu auras plus de 18 ans. »

Tanya Dryden :

Directrice du Développement, Liberty for Youth : Notre projet vise en partie à communiquer avec les organismes qui n'ont pas l'habitude de travailler auprès de jeunes à risque, par exemple les collèges. On cherche à amener les jeunes à risque à penser qu'ils peuvent aller au collège, et vraiment faire toutes les démarches pour y parvenir. Nous collaborons avec la police et le YMCA.

Nous collaborons aussi avec la société John Howard qui est un excellent organisme dans notre collectivité. Il y a aussi la société Elizabeth Fry; il y en a tellement! Il faut collaborer avec d'autres organismes afin d'offrir les programmes les plus complets possible pour répondre à tous les différents besoins des jeunes, parce qu'un seul programme ne peut pas tout faire pour les jeunes.

Fernando Gugman :

« Que disais-tu, Carlos ? »

Frederick Dryden :

Fondateur et Directeur Général, Liberty for Youth : Ce qui est très stimulant dans notre programme de champions c'est que les jeunes organisent des activités et des projets avec les policiers. Parfois, même ceux qui les ont arrêtés. C'est très passionnant de voir les jeunes travailler avec la police.

Clifford Simon :

Travailleur pour Liberty for Youth, Liberty for Youth : En gros, dans le programme U-Play, nous mettons les jeunes à la place des victimes grâce aux jeux de rôle.

Clifford Simon :

« Donne-moi un peu temps, mon gars. »

Frederick Dryden :

Fondateur et Directeur Général, Liberty for Youth : À ceux qui voudraient mettre en place un programme similaire, je recommanderais de former un comité consciencieux et de développer de bonnes relations avec leur bailleur de fonds avant de mettre en place un projet comme celui-ci. Et si possible, il faudrait collaborer avec le poste de police le plus proche, les services de probation, et les autres organismes gouvernementaux de la ville.

Il faut aussi trouver un organisme mentor qui a déjà mis en place des projets semblables. En tant qu'organisme, nous travaillons 24 heures sur 24, c'est pourquoi nous avons des cellulaires pour que l'on puisse nous joindre en tout temps; si on ne répond pas à un besoin immédiatement, on risque de perdre plus d'une année de travail.

Tanya Dryden :

Directrice du Développement, Liberty for Youth : Je recommande fortement de mettre en place un plan d'évaluation. Embauchez une équipe d'experts-conseils en évaluation. Cette équipe sera chargée de transmettre toutes vos réalisations, vos points faibles, et vos points forts, de rédiger un rapport et de donner à votre bailleur de fonds les données dont il a besoin pour savoir s'il doit continuer à vous financer, vous faire des dons ou vous parrainer.

Texte sur écran :

Le projet pilote Champion Series est financé par le Fonds du système de justice pour les jeunes, volet armes à feu, gangs et drogues.

©Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par Justice Canada, 2011.

Mot-symbole « Canada »

Voir la description de projet

Date de modification :