Conclure les bonnes ententes parentales dans les cas de violence familiale : recherche dans la documentation pour déterminer les pratiques prometteuses

Figure 2 : Continuum de l’agression et de la violence (La Violette, 2005)

[ Retour à la figure 2 ]

Agression conjugale courante Conflit intense Violence Violence grave Terreur/ harcèlement
  • Geste anormal
  • Remords[6]
  • N’engendre pas la peur, l’oppression ni le contrôle
  • Aucune blessure grave
  • Découle de discussions qui dégénèrent
  • Pourrait se produire dans n’importe quelle famille
  • Mauvaise résolution des problèmes
  • La colère est présente dans la famille
  • Possibilité de remords
  • Possibilité d’agression physique et/ou de destruction de la propriété sporadiques
  • Absence de violence émotionnelle
  • Absence de peur
  • Découle de discussions qui dégénèrent
  • Agression physique sporadique
  • Injures, mais pas de diffamation
  • Violence verbale, mais pas psychologique
  • Développement d’appréhension
  • Possibilité de remords
  • Menaces d’abandon
  • Menaces de demandes de garde
  • Agression sans témoin

 

  • Contrôle absolu
  • Abus physique généralement plus régulier, mais peut se produire sans aucune violence physique
  • Menaces envers le réseau de soutien de la victime
  • Isolement
  • Injures qui portent atteinte à la personne
  • Menaces de suicide ou de tuer d’autres personnes
  • Jalousie
  • Critique de la famille et des amis
  • Destruction de la propriété
  • Repli sur soi
  • Violence sexuelle
  • Changement dans la personnalité de la victime
  • Plus violent de façon générale
  • Contrôle absolu
  • Violence psychologique insidieuse
  • Menaces de tuer très précises
  • Torture d’animaux domestiques
  • Isolement extrême de la victime par l’agresseur
  • Violence physique généralement plus régulière, mais peut se produire sans aucune violence physique
  • Humiliation et dégradation sexuelles

<- Chances plus grandes d’équivalence entre les sexes

Violence généralement perpétrée par les hommes à ->


[6] On a souligné que le fait de manifester des remords pouvait avoir des connotations culturelles. À cet égard, comme dans tous les aspects de l’évaluation, les professionnels doivent avoir les connaissances nécessaires pour être en mesure de fournir des services à un groupe varié de clients. Dans certaines cultures, exprimer des remords peut être chose facile mais ne pas illustrer un sens de responsabilité authentique. Dans d’autres cultures, la personne peut ressentir des remords réels, mais la socialisation des hommes peut les empêcher d’exprimer ouvertement qu’ils se sentent responsables (Zorza, renseignements obtenus pas communication personnelle).

[ Retour à la figure 2 ]

Date de modification :