Conclure les bonnes ententes parentales dans les cas de violence familiale : recherche dans la documentation pour déterminer les pratiques prometteuses

Descriptions des figures

Figure 1 : Variables hypothétiquement associées aux effets de la violence familiale

CONTENU DE LA PREMIÈRE BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE :

  1. Type de violence/d’abus (physique, sexuel, émotionnel)
  2. Relation agresseur-victime (père envers mère, mère envers père, mauvais traitements infligés aux enfants par le père, mauvais traitements infligés aux enfants par la mère, mauvais traitements infligés par les frères et sœurs ou par un parent ou les deux, abus entre frères et sœurs)
  3. Caractéristiques de la violence (durée, fréquence, gravité, caractère récent, etc.)

À PARTIR DE LA PREMIÈRE BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « Intervention ») POINTE VERS LE BAS, VERS LA PREMIÈRE BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE

CONTENU DE LA PREMIÈRE BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE :

SÉCURITÉ DES ENFANTS
Réduire ou éliminer le contact de l’enfant avec les situations de violence et d’abus (réaction de la justice pénale, condamnation de la violence contre les femmes, services de protection de l’enfance, services juridiques).

À PARTIR DE LA PREMIÈRE BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « MITIGÉ PAR ») POINTE VERS LA DROITE, VERS LA DEUXIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE

CONTENU DE LA DEUXIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE :

LE CONTEXTE FAMILIAL
Facteurs socio-économiques, qualité du lien parent-enfant, compétences parentales, relations entre le partenaire de sexe masculin et l’enfant, soutien social (p. ex., famille élargie), santé mentale des parents, consommation d’alcool/de drogue par un parent, degré de conflit interparental non violent, sécurité et stabilité résidentielle, ressources parentales (p. ex., éducation, aptitudes à l’emploi), degré de négligence émotionnelle ou physique de l’enfant, abus par quelqu’un provenant de l’extérieur de la famille nucléaire (p. ex., oncle, enseignant), exposition à la violence dans le milieu, absences dues à l’incarcération d’un des parents, facteurs culturels, questions d’émigration/immigration, guerre/violence politique.

À PARTIR DE LA DEUXIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « Intervention »”) POINTE VERS LE BAS, VERS LA DEUXIÈME BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE

CONTENU DE LA DEUXIÈME BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE :

SOUTIEN FAMILIAL
réduire les facteurs contextuels nuisibles et augmenter les facteurs bénéfiques (défense des droits, soutien professionnel et informel)

À PARTIR DE LA DEUXIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « GUIDÉ PAR ») POINTE VERS LA DROITE, VERS LA TROISIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE

CONTENU DE LA TROISIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE :
CARACTÉRISTIQUES ET RÉACTIONS DES ENFANTS

type et degré déterminé par :

  1. L’âge aux premiers signes de violence (c.-à-d. stade de développement) : nouveau-né/tout-petit, enfant d’âge préscolaire, écolier, adolescent;
  2. Nombre de stades de développement touchés par la violence;
  3. Âge de l’enfant lors de l’intervention (n’importe laquelle);
  4. Autres caractéristiques de l’enfant (capacités cognitives, besoins spéciaux, tempérament, sexe, etc.

À PARTIR DE LA TROISIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « Intervention ») POINTE VERS LE BAS VERS LA TROISIÈME BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE

CONTENU DE LA TROISIÈME BOÎTE, DEUXIÈME RANGÉE :

PENSION ALIMENTAIRE POUR ENFANT
concevoir une intervention sensible au développement (évaluer, redéfinir la réaction, renouer le lien mère-enfant; soigner le traumatisme).

À PARTIR DE LA TROISIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE, UNE FLÈCHE (qui porte le titre « DONNE LIEU À ») POINTE VERS LA DROITE, VERS LA QUATRIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE

CONTENU DE LA QUATRIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE :
  • RÉSULTATS

    • Émotionnel,
    • comportemental,
    • social,
    • sur la santé,
    • scolaire,
    • relationnel,
    • professionnel
      1. Immédiats,
      2. Dans les stades de développement ultérieurs de l’enfant,
      3. Dans la vie adulte

NOTE DE BAS DE PAGE POUR LA QUATRIÈME BOÎTE, PREMIÈRE RANGÉE

Dans la documentation, nous avons trouvé des études qui considèrent la violence interparentale soit comme un facteur, soit comme la cause des manifestations suivantes : problèmes d’adaptation, agression des frères et sœurs, alcoolisme, abus des animaux, comportement antisocial, anxiété, attitude de tolérance à l’égard de la violence par les hommes envers les femmes, port d’une arme à feu, préoccupations en ce qui concerne le fait de devenir parent, victimisation criminelle, dépression, maîtrise dysfonctionnelle des émotions, début précoce des relations sexuelles, 30 partenaires sexuels ou plus, désespoir, bagarres à l’école, problèmes de santé, quotient intellectuel amoindri, satisfaction de vivre réduite, implication de l’individu de sexe masculin dans la grossesse d’une adolescente, vie de couple insatisfaisante, obésité, déficience des compétences parentales, syndrome de stress post-traumatique, symptômes de stress post-traumatique, inquiétudes quant au rôle parental, symptômes psychiatriques, psychopathie, déficience des aptitudes à la lecture, mauvais rendement scolaire, faible estime de soi, peu d’aptitudes sociales, tabagisme, abus de drogues, tentatives de suicide, tristesse, grossesses non désirées et violence envers les amis de cœur et les conjoints.

Nota : La violence interparentale peut également être considérée comme une variable modératrice ou dépendante (c.-à-d. l’effet).

[ Retour à la figure 1 ]

Figure 3 : Garde des enfants : évaluation des besoins spéciaux dans les cas de violence conjugale

L’illustration représente un triangle divisé en trois niveaux.

  • Le premier niveau porte le titre « CONFLIT NORMAL »; il contient quatre éléments : Les besoins des enfants, L’aptitude des parents à coopérer et à favoriser une relation, Garde des enfants: evaluation des besoins spéciaux dans les cas de violence conjugale, Plan parental approprié au développement et calendrier de visite.

  • Le deuxième niveau porte le titre « CONFLIT IMPORTANT »; il contient quatre éléments : Stratégies d’adaptation des enfants, Antécédents/source de conflits, Facteurs favorisant les conflits permanents, Désignation du parent moins ou non perturbateur.

  • Le troisième niveau porte le titre « VIOLENCE CONJUGALE » et contient quatre éléments : Évaluer le risque d’homicide, Comprendre les effets de la violence sur les victimes et sur les enfants, Évaluation complète des antécédents de toutes les formes de violence/sources accessoires,  Information sur les stratégies d’adaptation et les interventions précédentes.

[ Retour à la figure 3 ]

Figure 4 : Interventions particulières en matière de garde d'enfant dans les cas de violence conjugale

Cette illustration représente une grosse flèche qui pointe vers le haut, avec deux flèches plus petites qui se détachent de celle-ci et bifurquent vers la droite. La grosse flèche porte le titre « Conflit normal » et contient une liste à puce qui comprend les éléments suivants : programmes d’éducation, services de médiation, droit collaboratif, partage des responsabilités ou garde partagée.

La petite flèche du haut porte le titre « Conflit élevé (sans violence conjugale) » et contient une liste à puce qui comprend les éléments suivants : évaluation en matière de garde, thérapie visant à réduire les conflits, procédures et arbitrage, exercice des responsabilités en parallèle.

La petite flèche du bas porte le titre « Violence conjugale » et contient une liste à puce qui comprend les éléments suivants : programme d’intervention auprès du conjoint violent, services aux victimes de violence familiale, programmes pour les enfants exposés à la violence familiale, programmes de visites surveillées, évaluateurs spécialisés, surveillances des décisions judiciaires/audiences en révision, garde dite traditionnelle.

[ Retour à la figure 4 ]

Figure 5 : Ententes parentales après la violence familiale

L’illustration représente une flèche à deux pointes. Le long du bord extérieur de la flèche l’étiquette présente le risque élevé pour les enfants ou le parent gardien, d’élevé à faible. À l’intérieur de la flèche, on trouve les étiquettes suivantes, du risque le plus élevé au risque plus faible : Aucun droit de visite, Visites supervisées, Échanges supervisés, Exercice des responsabilités en parallèle, Partage des responsabilités.

[ Retour à la figure 5 ]

Figure 6 : Ententes parentales dans les cas de violence familiale

L’illustration représente deux flèches à doubles pointes, côte à côte, orientées à la verticale. Dans le haut de la première flèche, on trouve l’étiquette « Actes mineurs et isolés de violence familiale », puis, en-dessous de celle-ci, « Conflit élevé ». Dans la pointe du bas de cette flèche, on trouve l’étiquette « Terreur et harcèlement criminel », et, au-dessus, « Violence grave », puis « Violence familiale plus grave et fréquente ». Entre ces groupes d’étiquettes (celui du haut et celui du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Nature, fréquence et gravité de la violence familiale ».

Une petite flèche horizontale pointe vers la deuxième flèche verticale.

La deuxième flèche verticale a une étiquette, le long de son bord extérieur, qui présente le risque élevé pour les enfants ou le parent gardien, d’élevé à faible. À l’intérieur de la flèche, on trouve les étiquettes suivantes, du risque le plus élevé au risque plus faible : Aucun droit de visite, Visites supervisées, Échanges supervisés, Exercice des responsabilités en parallèle, Partage des responsabilités.

[ Retour à la figure 6 ]

Figure 7 : Ententes parentales après la violence familiale

  • L’illustration représente trois flèches à doubles pointes, côte à côte, orientées à la verticale.
    Dans le haut de la première flèche, on trouve l’étiquette « Actes mineurs et isolés de violence familiale », puis, en-dessous de celle-ci, « Conflit élevé ». Dans la pointe du bas de cette flèche, on trouve l’étiquette « Terreur et harcèlement criminel », et, au-dessus, « Violence grave », puis « Violence familiale plus grave et fréquente ». Entre ces groupes d’étiquettes (celui du haut et celui du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Nature, fréquence et gravité de la violence familiale ».

  • Une petite flèche horizontale pointe vers la deuxième flèche verticale.
    Dans le haut de la deuxième flèche verticale, on trouve l’étiquette « Services accessibles et appropriés pour les victimes, les agresseurs et les enfants témoins ». Dans la pointe du bas de la flèche, on trouve les étiquettes « Services inaccessibles ou inappropriés » et « obstacles systématiques (p. ex., pauvreté, langue) ». Entre ces groupes d’étiquettes (celui du haut et celui du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Ressources accessibles ».

  • Une petite flèche horizontale pointe vers la troisième flèche verticale.
    La troisième flèche verticale a une étiquette, le long de son bord extérieur, qui présente le risque élevé pour les enfants ou le parent gardien, d’élevé à faible. À l’intérieur de la flèche, on trouve les étiquettes suivantes, du risque le plus élevé au risque plus faible : Aucun droit de visite, Visites supervisées, Échanges supervisés, Exercice des responsabilités en parallèle, Partage des responsabilités.

[ Retour à la figure 7 ]

Figure 8 : Ententes parentales après la violence familiale

  • L’illustration représente trois flèches à doubles pointes, côte à côte, orientées à la verticale.
    Dans le haut de la première flèche, on trouve l’étiquette « Actes mineurs et isolés de violence familiale », puis, en-dessous de celle-ci, « Conflit élevé ». Dans la pointe du bas de cette flèche, on trouve l’étiquette « Terreur et harcèlement criminel », et, au-dessus, « Violence grave », puis « Violence familiale plus grave et fréquente ». Entre ces groupes d’étiquettes (celui du haut et celui du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Nature, fréquence et gravité de la violence familiale ».

  • Une petite flèche horizontale pointe vers la deuxième flèche verticale.
    Dans le haut de la deuxième flèche verticale, on trouve l’étiquette « Services accessibles et appropriés pour les victimes, les agresseurs et les enfants témoins ». Dans la pointe du bas de la flèche, on trouve les étiquettes « Services inaccessibles ou inappropriés » et « obstacles systématiques (p. ex., pauvreté, langue) ». Entre ces groupes d’étiquettes (celui du haut et celui du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Ressources accessibles ».

  • Une petite flèche horizontale pointe vers la troisième flèche verticale.
    Dans le haut de la troisième flèche verticale, on trouve l’étiquette « Planification à plus long terme; information adéquate pour évaluer la sécurité des enfants et des adultes ». Dans le bas de la flèche se trouve l’étiquette « Audiences provisoires; signaux d’alerte de la létalité; exposition continue à la violence ».  Entre les deux étiquettes (celle du haut et celle du bas), se trouve une boîte de texte contenant « Moment de la divulgation / Stade de la procédure ».

  • Une petite flèche horizontale pointe vers la quatrième flèche verticale.
    La quatrième flèche verticale a une étiquette, le long de son bord extérieur, qui présente le risque élevé pour les enfants ou le parent gardien, d’élevé à faible. À l’intérieur de la flèche, on trouve les étiquettes suivantes, du risque le plus élevé au risque plus faible : Aucun droit de visite, Visites supervisées, Échanges supervisés, Exercice des responsabilités en parallèle, Partage des responsabilités.

[ Retour à la figure 8 ]

Date de modification :